Accompagnement et subvention de projets de développement local

Accomp et subv

Cette composante du PAISD a pour objectif de promouvoir les initiatives de développement local, économique et social au Sénégal initiées par les associations de la diaspora sénégalaise en Europe*.

Le PAISD apporte un appui technique et subventionne jusqu’à 70% la réalisation de ces projets réalisés au profit des localités d’origine. Il s’agit de projets qui s’articulent avec les plans locaux de développement, contribuent à l’atteinte des ODD et permettent aux populations d’avoir un accès à des infrastructures sociales de base (accès amélioré à des services de qualité comme la santé, l’éducation, la formation professionnelle, l’eau potable).

191 projets d’infrastructures socio-économiques ont été réalisés dans les secteurs de l’éducation, la formation professionnelle, l’hydraulique rurale, la santé, les ouvrages hydro-agricoles et l’Etat civil.

La réalisation de ces infrastructures répond à des procédures et un mode d’intervention répondant à des critères de bonne gouvernance, de transparence mais également de rationalisation des ressources.

*France, Espagne, Italie et Belgique

Source de financement

Cycle de mise en œuvre des projets

Tout au long de ce processus de mise en œuvre de projets, la Cellule de Coordination du PAISD accompagne et facilite les échanges entre les associations de la diaspora sénégalaise établies en Europe et les associations bénéficiaires des projets au Sénégal, responsables de la mise en œuvre du projet localement.
La Cellule de Coordination du PAISD se positionne donc comme le modérateur et le garant de la bonne exécution des projets entre les initiateurs et les bénéficiaires.
Il s’agit d’un processus inclusif incitant les migrants a être impliqués en tant que partie prenantes et acteurs de développement de leurs pays d’origine tout au long de la réalisation du projet.

Hydraulique

Le secteur de l’hydraulique représente un domaine privilégié de l’engagement des associations de la Diaspora. 41 projets ont été financés pour un montant global de 3,0 Mds FCFA / 4,5 Millions EUR soit plus de 25% du budget de cette composante du PAISD consacré à ce volet.

Pour la réalisation d’un projet d’adduction à l’eau potable (château d’eau, ouvrages annexes, forage et d’équipements d’exhaure), le PAISD met à la disposition des porteurs de projets des documents-type  : budget et devis type, cahier des charges pour les missions de maîtrise d’œuvre technique, dossier d’appel d’offres, modèle de contrat de travaux. L’intervention d’un bureau de contrôle indépendant permet d’inclure la garantie décennale pour les ouvrages réalisés.

Education

Domaine prioritaire de l’engagement des associations de la Diaspora, le secteur de l’éducation a été le plus soutenu avec 65 projets financés pour un montant global de 5,6 Mds FCFA / 8,6 Millions EUR soit près de 50% du budget de la composante du PAISD.

Depuis 2009, le PAISD a modélisé des infrastructures pour la construction d’écoles élémentaires et de collèges grâce au concours d’un cabinet d’architecte et les services du Ministère de l’Education nationale. Concernant les lycées, le modèle proposé par la Direction des Constructions Scolaires a été retenu et réalisé à 14 reprises.

Des projets qui s’inscrivent dans le cadre des politiques publiques

Les projets mis en œuvre trouvent un cadre de cohérence qui s’articule avec les Plans Locaux de Développement (PLD) et s’inscrivent dans la stratégie nationale du secteur notamment le Programme d’amélioration de la Qualité, de l’Equité et de la Transparence (PAQUET).

Des projets qui prennent de l’envergure et développent des approches territoriales plus larges

Les actions mises en œuvre par les migrants dans le secteur aussi stratégiques que l’Education constituent aujourd’hui un modèle d’approche de développement à la base. De 2006 à ce jour, les actions mises en œuvre sont passées d’une dimension villageoise à une approche territoriale inter-villageoise.

Dans le cadre du PAISD, les réalisations des associations de migrants  prennent de l’envergure, se structurent en apportant des réponses aux problématiques de développement de leurs régions d’origine tout en renforçant l’impact des politiques publiques du secteur.

A titre d’illustration, la situation de référence en région de Matam (un seul lycée moderne en 2008), a largement justifié les interventions du PAISD afin de rehausser le taux d’accès dans le cycle secondaire. Les 8 nouveaux lycées dans la région ont été réalisés dans le cadre du PAISD, contribuant à faire de l’Académie de Matam la 2ème aux résultats du baccalauréat 2014.

Une gouvernance des projets responsabilisant les acteurs locaux

Les procédures de mise en œuvre des projets renforcent le principe de la maîtrise d’ouvrage locale, essentielle pour renforcer l’appropriation des projets par les populations aux côtés des autorités locales.

Les ressources sont totalement gérées par une association locale qui exécute le projet conformément aux termes de la convention de financement signée avec le PAISD. L’association a l’obligation de contractualiser avec un bureau d’études chargé des études techniques, des procédures d’appel d’offres, de contractualisation et de suivi des travaux.

Ce schéma permet de sécuriser les ressources des projets, d’optimiser leur coût et de raccourcir les délais d’exécution.

La modélisation d’infrastructures « type »

Les infrastructures réalisées ont fait l’objet d’une évaluation financière sur la base des prototypes et sont assorties de modèles de Dossiers d’Appels d’Offres adaptables ce qui facilite la mise en œuvre et l’opérationnalité des projets.

Santé

Le secteur de la santé est un domaine privilégié de l’engagement des associations de ressortissants qui ont su saisir ces opportunités. 46 projets ont été réalisés pour un montant global de 2,95 Mds FCFA soit près de 25% du budget de cette composante du PAISD engagé dans cette composante.

A l’instar des projets d’Education, le PAISD a modélisé des infrastructures pour la construction de Case de santé (simple et améliorée) et de Poste de santé grâce au concours d’un cabinet d’architecte et des services du Ministère de la Santé et de l’Action sociale. Des recours ponctuels à des cabinets d’architecture ont été réalisés dans le cas de projet d’envergure du type Centre de santé de référence et Postes de santé améliorés.

Le PAISD permet  ainsi de répondre à une forte demande de la part des ressortissants sénégalais pour développer une offre de services de santé de qualité.

Renforcer la carte sanitaire 

Les investissements réalisés ont concerné plus de 309.000 personnes polarisées par les infrastructures sanitaires en majorité dans des zones rurales et enclavées, permettant le développement d’ouvrages sanitaires de proximité. Ce dynamisme des associations de ressortissants pour améliorer les conditions sanitaires de leur communauté d’origine s’est traduit aussi par une diversité des zones d’intervention dans 8 régions médicales et 11 districts sanitaires directement concernés par les interventions du PAISD.

Améliorer la qualité des soins de santé

Les infrastructures de Santé font l’objet d’études techniques approfondies et dispose de plateaux techniques relevés. En parallèle, la réalisation de logements permet de faciliter la présence d’un personnel qualifié dans les régions enclavées de ces interventions.

Des projets qui prennent de l’envergure et développent des approches territoriales plus larges

L’action du PAISD auprès de la Diaspora s’inscrit dans le sens d’une territorialisation des politiques publiques en favorisant un changement d’échelle dans les interventions.

A travers d’importantes activités d’animation et de concertation, le PAISD a permis la création de cadres d’échanges entre Elus territoriaux et Associations de la Diaspora favorisant ainsi la réalisation de projets communs. Ces initiatives permettent de rationaliser les ressources et renforcent les liens de solidarité entre communautés partageant un même territoire.

La réalisation d’un lycée à Goudiry constitue un parfait exemple de cette dynamique de mobilisation avec l’implication de l’ensemble des collectivités territoriales du département, des services techniques, de l’Administration déconcentrée et des Associations de la Diaspora.

La modélisation d’infrastructures « type »

Les infrastructures réalisées ont fait l’objet d’une évaluation financière sur la base des prototypes et sont assorties de modèles de Dossiers d’Appels d’Offres adaptables ce qui facilite l’opérationnalité des projets.

Autres

Les TIC

Désenclavement numérique des régions périphériques du Sénégal

Les actions de cette composante consistent à réaliser six centres d’accès aux TIC dans les chefs-lieux de région à Matam, Tambacounda, Kédougou, Ziguinchor, Kolda et Sédhiou.

En relation avec l’Université Virtuelle du Sénégal, ces centres offriront un bouquet de services multimédia à forte valeur ajoutée ouvert au public des localités concernées.

Formulaire - Accompagnement des ressortissants sénégalais porteurs de projets de développement local

Formulaire à remplir et à transmettre à l’adresse suivante : contact@paisd.sn

Requête - association de la diaspora sénégalaise (Fr, Bel, Esp, Ita)